patrimoine-oral01.jpg

|

Culture de la bière

Motivation de la reconnaissance de la "Culture de la Bière"


Extrait du PV de la séance du 9 mai 2012 de la Commission du patrimoine oral et immatériel

 

Les rapporteurs présentent leur rapport. Ils soulignent les points suivants :

-        la fabrication et la consommation de la bière remonte à très loin dans le passé. En ce sens, ces activités appartiennent à beaucoup de monde.

-        Sous l’ancien régime, les abbayes ont leurs brasseries, déjà renommées et les guildes tiennent l’activité dans les villes

-        L’industrialisation des brasseries a conduit à la standardisation du produit et à la mondialisation de la consommation.

-        En réaction, on a assisté à un renouveau, quasiment une résurrection, de la production artisanale, dans toutes les régions de la Fédération.

-        Il faudrait pouvoir traiter des produits (saisons, noëls, etc.).

-        Il faudrait également s’interroger sur les spécificités des fabricants, des tenanciers des débits de boissons et des consommateurs.

-        Il y a des aspects gastronomiques importants et aussi des associations (compagnonnages) réunies autour de la bière.

 

Un membre précise que les aspects à prendre prioritairement en compte sont ceux qui relèvent du patrimoine immatériel, c’est-à-dire l’état d’esprit qui se manifeste lors des fêtes, par des chansons etc. Il s’agit de reconnaître la culture de la bière, sans s’aventurer du côté de la fabrication, ce qui nous entraînerait inévitablement dans une zone de conflit. La bière et sa consommation ont un aspect emblématique en Belgique et en Wallonie, qui n’est pas sans évoquer la gastronomie française telle qu’elle a été reconnue par l’UNESCO. Il s’agit d’un phénomène bien vivant, ce qui se marque, entre autre, par la création ou la relance de nombreuses brasseries artisanales.

 

Un membre se demande s’il ne convient pas de faire quelque chose pour les petites brasseries. Il propose par exemple de souligner l’emploi de méthodes traditionnelles.

Un membre souligne les différences importantes entre les bières industrielles et celles issues de petites fabrications artisanales.

Un membre constate que nous assistons à une diversification accrues des producteurs, ce qui constitue un fait culturel.

Un membre considère qu’il faudrait initier une enquête pour identifier les dernières brasseries artisanales. Un membre souligne les dangers de l’établissement d’une liste, notamment la limitation du nombre de brasseries citées.

 

Un membre attire l’attention de la Commission sur le fait que la Communauté flamande a reconnu la Culture de la bière Belge. Un membre considère que vis-à-vis de l’extérieur, la bière est emblématique de l’identité Belge, plutôt que régionale. C’est un élément qui participe à la construction de l’identité nationale.

 

La Commission évoque les différents aspects qui peuvent motiver une proposition de classement :

-        l’histoire et la tradition ;

-        les usages de la bière lors des fêtes calendaires et familiales ;

-        la tradition de la bière de table ou de ménage ;

-        l’aspect intergénérationnel : la consommation de bière unit jeunes et vieux ;

-        son importance dans la culture estudiantine ;

-        une présence indispensable lors des manifestations sportives et récréatives ;

-        une gastronomie spécifique ;

-        des formes de verres et de bouteilles propres aux différentes variétés de bière ;

-        des établissements spécialisés et des manières particulières de servir.

 

Un membre souligne le caractère vivant de l’élément et son succès croisant, qui se manifeste notamment par le nombre de brasseries qui ont été crées au cours des dernières années.

 

À l’unanimité, la Commission propose la reconnaissance de la « Culture de la bière » comme chef-d’œuvre du Patrimoine oral et immatériel de la Communauté française pour les motifs suivants :

 

-                  La fabrication et la consommation de la bière en région wallonne et bruxelloise a une longue histoire, qui remonte au moins au 13e siècle, moment où sa qualité s’affine et ses variétés se diversifient. En milieu urbain, cette tradition a pris la forme de guildes de brasseurs, actives jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. En milieu rural et villageois, une production à usage purement local s’est maintenue jusque dans les années 1930. Après une période de déclin, le nombre de brasseries artisanales est actuellement en augmentation.

 

-                  Un savoir-faire spécifique se transmet de génération en génération dans le cadre de la fabrication domestique et des brasseries locales. Cette transmission orale est complétée depuis le 20e siècle par un enseignement délivré dans le cadre de nombreuses écoles de brasseries.

 

-                  La consommation de bière est un élément important de la sociabilité en Fédération Wallonie-Bruxelles. C’est la boisson de la vie quotidienne, avec la « bière de ménage », suffisamment légère pour être servie même aux enfants. C’est la boisson usuelle tant dans le monde du travail que dans le monde étudiant.

 

-                  Cette association entre bière et sociabilité est particulièrement marquée dans les cas de manifestations festives et communautaires telles les rencontres sportives, les concours de tir à l’arc, les jeux de cartes et autres jeux de café, les occasions calendaires et en particulier les fêtes locales. Enfin, la bière est un élément fondamental des festivités organisées à l’occasion des rites de passage, en particulier ceux liés au cycle de la vie.

 

-                  Une gastronomie spécifique s’est développée autour de l’habitude de consommer de la bière : nombreuses recettes à la bière, avec variantes régionales ; choix de la variété de bière en fonction de la nature du plat consommé ; création d’un cours de zythologie qui forme des sommeliers de bière. Il existe une tradition populaire de mise en cave des bières spéciales. Servir correctement les différentes sortes de bière est considéré comme un art. Il existait autrefois un cours de débit de la bière pour les cafetiers, qui a été relancé récemment.

 

-                  Des créations artistiques et artisanales multiples se sont développées autour de la bière et de sa consommation : chansons dialectales, chansons à boire, arts graphiques et design (affiches, étiquettes, plaques émaillées publicitaires, décoration de camions de brasserie, sous-verre, verres et bouteilles). Ces productions sont suffisamment nombreuses et variées pour qu’on puisse en faire collection.

 

-                  Des sentiments identitaires sont associés aux différentes sortes de bière. Les habitudes de consommation se portent sur des variétés spécifiques tant au niveau local que régional ou national.